“ Donner la parole à ceux qui ne l’ont pas ”

Répartis en quatre groupes, élèves du collège, habitants du quartier et animateurs ont réfléchi, le matin, à la question de la parentalité, avant de livrer une restitution de leurs travaux, l’après-midi. 

Pour la deuxième fois de l’année scolaire, le quartier Beaulieu de Chateauroux a accueilli une assemblée plénière de l’Université du citoyen de Châteauroux. Cette fois sur le thème de la parentalité.

 
CCAS, centres sociaux, Ville, conseil départemental, BGE, Fédération des organisations laïques… Trois fois par an, tous ces acteurs de la vie locale se retrouvent, dans les quartiers, à l’occasion d’une « Université du citoyen ». Hier, pour la deuxième fois de l’année scolaire, c’est le quartier Beaulieu qui a accueilli l’opération, en partenariat avec le collège.
“ Chaque habitant a une compétence ”L’idée : « Donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais, explique Michel Martin, enseignant à la retraite, résidant dans le quartier Beaulieu et co-animateur de cette université. Chaque habitant a une compétence, une expertise sur l’endroit où il vit, il faut l’exploiter. »
Après l’alimentation en octobre, hier, le thème tenait en une question : « Parents : avez-vous la notice ? » Pour y réfléchir, une cinquantaine d’habitants se sont retrouvés à la maison de quartier, en compagnie d’une dizaine d’élèves de la classe SAS du collège et de huit autres de l’Institut médico-éducatif. « Un excellent moyen de remotiver, resociabiliser ces élèves en difficulté, en leur permettant de s’exprimer devant d’autres personnes », pour Sébastien Goncalves, principal de l’établissement.
Au cours de la matinée, élèves, habitants et animateurs se sont donc divisés en quatre groupes pour analyser la question du jour, livrer leurs réflexions et rédiger un compte rendu de leurs débats sur « A quoi servent les parents ? », « Qu’est-ce qu’un bon parent ? » ou encore « Quels sont les outils pour permettre à l’enfant de s’épanouir ? ». Après un déjeuner en commun, tous les groupes se sont retrouvés pour proposer, chacun à son tour, une restitution de leurs travaux à l’assemblée, en présence de Walther Kindts, coprésident de la Maison des droits de l’enfant, et de quatre « référents familles » de l’Association castelroussine pour la gestion des centres socioculturels (ACGCS). « C’est aussi un espace de formation à la parole en public, et un moyen de donner confiance aux gens en leur potentialité », estime Virginie Iparraguirre, du CCAS, coanimatrice. 
Les idées recueillies lors de la journée seront consignées dans un rapport, qui sera notamment transmis aux élus pour leur permettre d’alimenter leur réflexion sur la politique publique de la ville.
Prochaine assemblée plénière, le 21 juin, au collège Rosa-Parks, sur le thème des Parcours migratoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *